Le bomber, une pièce phare du vestiaire moderne


Le Bomber

bomber-veste-cuir-aviateur

Cet indémodable de la mode d’aujourd’hui est passé par bien des étapes avant de devenir le bomber que nous connaissons tous. On le voit défiler sur les podiums, porté par la plupart de nos stars et en vente partout, dans les grandes surfaces comme dans les magasins de luxe. On l’utilise aujourd’hui comme veste, comme blouson ou comme manteau, avec ou sans capuche, plus dénaturé que jamais. Il n’en reste pas moins que l’origine de ce blouson ne date pas d’hier. Aujourd’hui, ces vestes homme sont aussi bien des manteaux ou des blazers, ce sont des blousons tous terrains.

La veste matelassée appelée Bomber est devenue une pièce phare de tous nos dressings et pourtant, il a fallu du temps pour que le bomber ne soit plus simplement classé dans une catégorie.

bomber-blouson-veste-aviateur

L’origine du Bomber

Le bomber n’est rien de plus qu’un blouson aviateur né en 1949. Créé de toute pièce par l’armée américaine pour que ses aviateurs possèdent une veste homme bien à eux. Il a fallu un peu de temps pour que le cuir disparaisse, et laisse place à des matières nouvelles et novatrices. Le bomber que nous connaissons tous est le MA-1, mais avant que celui-ci prenne la première place sur le podium, d’autres avaient été créés.

Le bomber A-2

L’un des précurseurs du MA-1 était le bomber A-2, un blouson en cuir marron. C’est en 1931 que ce blouson zippé voit le jour, il est muni d’épaulettes, d’élastique à la taille et aux poignets, de poches sur l’avant du vêtement et d’un col. Parfois, il pouvait être en peau-lainée.

Le bomber B-15

Le B-15 est le début de la révolution. C’est le premier blouson en matière synthétique. Il est donc plus léger que le cuir et permet aux aviateurs de se déplacer avec plus de souplesse dans leur petit cockpit. Il possède toujours une fermeture zippée. Mais, le cuir est donc laissé sur le banc de touche pour voir apparaître le Nylon. Il est étudié pour être pratique pour les aviateurs. Il possède une poche zippée à la manche, une poche appelée « poche stylo ». Deux à quatre poches, selon les variantes sur le devant du vêtement. C’est un blouson matelassé pour plus de confort. Malheureusement, son col est doublé de fourrure épaisse qui gène les aviateurs pour leurs sauts en parachute. Ce premier bomber sera donc abandonné.

bomber-veste-blouson-aviateur-cuir

Le fameux bomber MA-1

A la toute fin des années 1940 (1949 pour être exact), Doubs industries, actuellement appelée Alpha industries, crée le bomber qui parcourra les décennies. Il est créé pour plus de fonctionnalités. Son design est épuré. Il est léger et confortable. Il possède deux couches de Nylon et matelassé à l’intérieur des deux couches, grâce à une épaisseur de laine. Il est donc chaud tout en étant léger. Le col en mouton est supprimé, le col rond en tricot ou bord côte voit alors le jour. C’est un vêtement plutôt oversize, il a des manches longues et larges, des poignets resserrés avec le même tricot que le col et le bas du vêtement. Les deux poches de devant peuvent être droites avec rabats ou en diagonales fermées à l’aide d’une pression. Il est fait pour résister aux intempéries, il est donc imperméable et coupe vent, pour que les pilotes soient protégés aux mieux en cas d’accident.
En 1960, ce blouson devient alors réversible. La doublure à l’intérieur est orange, ce qui permettra aux aviateurs d’envoyer des signaux de détresse. C’est aussi l’année de sa commercialisation pour le grand public.

Le bomber CWU ou MA-2

En 1970, les pilotes s’aperçoivent que leur MA-1 est créé avec une matière inflammable. Il garde la même allure, il sera maintenant fabriqué avec une matière non-inflammable. Mais il ne détrônera jamais le MA-1. Celui-ci sera alors fabriqué en polyester plutôt qu’en Nylon dans les grandes industries.

La commercialisation du bomber

La commercialisation du bomber est un franc succès. Nous sommes en pleine période des gangs, des hooligans, des skinheads, des néo-nazis… Ce vêtement se fait alors adapté par des groupes.
Un artiste américain raconte que lorsqu’il était skateur, s’il voyait arriver de loin des hommes vêtus de bomber, il savait que ça allait mal finir. La grande époque des guerres des gangs. Les gangs se sont donc totalement emparés de cette pièce, la faisant passer de doudoune des soldats américains à signaux de gangs extrémistes.
Ils portent le bomber avec un jeans moulant ou jean slim et des Doc Martens montantes. Tel était l’uniforme des skinheads. Ils collent ou cousent des patchs partout sur cette veste.
Mais comment cette veste a réussi à rebondir ? Lorsque l’étiquette de néo-nazis y est associée, il est difficile de s’en séparer. C’est peut-être le fait d’avoir été adoptée par des personnes si différentes qui à fait la force de cette pièce unique qui a ensuite connu son ascension lorsqu’elle a été adoptée à Hollywood.

Le bomber et la mode

bomber-mode-veste-blouson

En 1980, le bomber change de look, il s’inspire d’une culture urbaine. Il est ensuite adopté dans « Le chasseur » où Steve McQueen le porte avec un tel charisme que le monde entier voudrait lui ressembler. Robert De Niro lui fait aussi honneur dans Taxi Driver, c’est décidé Hollywood l’a adopté. Il réussit à se séparer des gangs, des militaires, il devient la pièce des stars hollywoodiennes. James Dean et Marilyn Monroe tombent eux aussi sous le charme de cette veste.
Après Hollywood, elle revient dans la rue et est adoptée dans le milieu urbain du Hip-hop. Elle devient alors un symbole de la jeunesse rebelle et urbaine.
Elle devient sportswear, et est dans toutes les gardes-robes des plus grands rappeurs américains de l’époque. Ils la porte sur un sweat ou sous un pull, elle remplace la veste en jean.
2Pac, Ice T ou encore Nass sont stylés en bomber tant dans leurs clips, que dans leurs interviews.

Le bomber des années 2000 à aujourd’hui

Dans les années 2000, le bomber fait sa grande entrée sur les podiums, Ralph Lauren. Raf Simone, Yves Saint Laurent, Givenchy, Polo Hilfiger, Dior et bien d’autres l’adoptent. Ils lui donnent un côté mode, il peut maintenant remplacer le blazer. Ce n’est plus du tout, ni une veste militaire, encore moins une veste de skinhead. Ce blouson homme devient un indémodable à partir de là.
Il a su traverser les années, évoluer, s’adapter à tous les styles et à tous les genres. Ces vestes hommes se transforment maintenant en vêtement de femme aussi.
Fini le camouflage, le kaki ou le bleu marine, il est détourné de toutes les couleurs, sa forme reste la même. Elle devient un peu plus cintrée, moins XXL. Mais la maille des poignets, col et taille est toujours présente, comme les deux poches avant. Ce qui disparaît par contre, c’est la poche stylo.
Une veste en mi-saison, un dessous de son manteau, il n’est plus seulement tout terrain, il se porte toute l’année.
Il devient coloré, rayé, uni, imprimé ou encore fleuri, on en refait en cuir ou en coton, il n’y a plus de loi. Tous les coloris sont possibles. Un vestiaire, qu’il soit homme ou femme sans un, ou plusieurs bombers dedans est maintenant très rare. Ces blousons ont su gagner la place qu’ils méritaient.
Il est maintenant signé The Kooples, H&M, Primark ou Comptoir Des Cotonniers, il y en a pour tous les goûts, tous les styles et surtout tous les prix.

Le blouson reste toujours zippé, en daim ou en suédine. Il sera porté par un biker, en satin ou en viscose. Cette veste légère sera adoptée par madame tout le monde. Il est urbain, il est classe, ou s’adapte au dressing dans lequel il est rangé. En velours côtelé ou non, en beige, en camel ou en bordeaux, tout est maintenant envisageable.
Il a su se faire sa place aux côtés de la parka, du manteau, ou de n’importe quel blouson femme.
Mais il est bel et bien inscrit dans le monde de la mode comme l’un des produits inévitables, mais surtout indémodables.

Blog mode et couture